0 comments on “Mise en place du Répertoire électoral unique pour les Français de l’Etranger”

Mise en place du Répertoire électoral unique pour les Français de l’Etranger

Vote des Français de l’étranger : 2019 mise en place du Répertoire électoral unique : Il facilitera la vie des électeurs en leur permettant de s’inscrire sur une liste électorale jusqu’à six semaines avant la date d’un scrutin et non plus avant le 31 décembre de l’année précédente.

Quelles sont les implications de ce changement pour les Français de l’étranger ?

A partir de 2019

Impossibilité d’être inscrit à la fois sur la liste électorale consulaire et sur une liste communale en France. Il faudra choisir de voter soit à l’étranger (présidentielles, législatives, référendum, européennes et consulaires) soit en France (présidentielles, législatives, référendum, européennes, régionales, départementales, municipales).

Si vous êtes inscrit sur les deux listes, il faudra choisir. A défaut, l’inscription sur la liste électorale consulaire prévaudra lors de la mise en place du répertoire électoral unique, vous serez radié de la liste communale en France.

Après le premier trimestre 2019

Lors de votre  inscription sur une nouvelle liste électorale communale ou consulaire, vous serez automatiquement radié  de la liste électorale sur laquelle vous étiez inscrit précédemment.

Vous rentrez prochainement en France ?

N’oubliez pas de demander la radiation de la liste électorale de votre Consulat. Si vous ne le faites pas, lors du basculement vers le répertoire électorale unique, votre inscription sur la liste consulaire sera prise en compte même si entre temps vous vous êtes inscrit dans une commune en France.

Vous pouvez vous  inscrire, modifier votre inscription ou procéder à votre radiation en suivant ce lien 

Merci à l’UFE.ORG pour cet article

0 comments on “La communauté universelle”

La communauté universelle

Vivre à l’étranger a de nombreuses implications juridiques, notamment en matière de régime matrimonial. Un contrat de mariage, conclu avant l’union, garantit la sécurité et la stabilité juridique. Qu’en est-il de la communauté universelle ?

Définition
Le régime matrimonial de la communauté universelle peut être choisi, soit avant le mariage dans un contrat établi par acte notarié, soit par la suite lors d’un changement. Tous les biens, présents et à venir, possédés par les époux sont mis en commun, quels que soient leur date d’acquisition, leur origine et leur mode de financement. Les conjoints sont également solidaires en matière de dettes.

Liquidation
Lors de la liquidation de la communauté, les biens communs sont partagés à parts égales, sauf si un contrat de mariage a prévu un partage inégal.

En cas de décès
La communauté universelle ne produit ses effets que pendant le mariage. À sa dissolution par décès, le conjoint survivant n’aura que la moitié des biens, sauf si une clause d’attribution intégrale au survivant a été intégrée à un contrat de mariage. Cette clause, irrévocable, permet d’assurer l’avenir du survivant, sans formalité aucune. Les enfants ne recevront leur part qu’au second décès. La clause attribution intégrale est déconseillée quand l’un des conjoints a eu des enfants lors d’un premier mariage ; ces derniers peuvent en effet se considérer lésés et engager une action en réduction 7.

Reconnaissance à l’étranger ?
– De nombreux pays connaissent la communauté universelle, mais les législations étrangères présentent parfois quelques particularités.
– Aux Pays-Bas, la communauté universelle différée permet à chacun des époux d’administrer et de disposer des biens qu’il a mis en commun.
– La majorité des pays de Common Law (Grande-Bretagne, États-Unis, Australie…) admettent la communauté universelle en tant que convention de mariage, dans la mesure où leur législation ignore la réserve héréditaire et prône la liberté matrimoniale.
– En revanche, beaucoup de pays n’admettent pas, limitent ou ignorent la clause attribution intégrale au conjoint survivant.

⇒ Source : Notaires de France

En savoir plus :

 

Merci à FDM-ADFE pour l’article