Pourquoi je quitte LaRem (En Marche)

Time to say good bye

Il y 4 ans je participais au début d’En Marche avec l’idée de faire de la politique de façon plus horizontale, plus participative, de renouveler nos représentants, de faire de la parité une réalité, de faire s’intéresser à la politique des femmes et des hommes qui s’en étaient éloignée.

Il y a 3 ans je votais Emmanuel Macron, parce que je croyais dans sa promesse de renouvellement, d’émancipation, de protection, de liberté, d’écoute, de bienveillance, d’établir des majorités de projets et de travailler ensemble en surmontant nos différences. Je votais aussi EM car je ne voulais pas d’un duel entre la droite et l’extrême droite.

Pendant 3 ans, j’ai vu de belles choses, je pense au dédoublement des petites classes, à l’Europe, à la présence de la France sur la scène internationale, à l’action de certains ministres. J’ai vu aussi beaucoup d’arbitrages perdus, tant sur l’écologie que sur la protection et l’émancipation, de petites phrases inutiles (il suffit de traverser la route), d’une forme de mépris des « territoires », de top down et de manque de dialogue.

Comme d’autres, j’ai évolué sur les questions écologiques, pour faire ma mue il y a 3 ans, un peu au moment où le Président scandait « make our planet great again ». De belles paroles, suivi de presqu’aucune action. Déceptions.
Il y en a eu d’autres, de déceptions, comme le départ de Nicolas Hulot, le glyphosate, la limite de distance de pulverisation des pesticides, les remarques hors sol d’une secrétaire d’état de passage à Singapour qui m’avaient laissé, ainsi que quelques autres, pantois et un peu groggy.
Le Président qui disait « j’ai changé » au moment des feux de forêt au Brésil, puis, rien.

Dernièrement, et ce fut dur à lire dans les journaux, ces alliances Larem-LR contre les candidats écolos. Est ce ça le progressisme ?

Il n’y a pas de planète B et le développement durable doit être notre priorité. Les progrès technologiques ne sauveront pas tout.
Est ce les enfants qui m’ont fait évoluer ? La famille, les amis ? Les intellectuels, les artistes ? La planète dont le climat change à vue d’œil ? Les retours en France, au Maroc et se rendre compte de la disparition des espèces que l’on voyait petit ? Un peu de tout.

J’analyse la situation ainsi, l’électorat d’Emmanuel Macron est désormais à droite, avec un gouvernement équilibré mais où les ministères clefs sont tenus par des politiques dont la ligne n’est pas celle d’En Marche du début. Le trio Castex, Darmanin, Le Maire gère les affaires.
Je pense que pour se faire réélire en 2022 le Président assumera cette ligne jusqu’au bout. Je ne crois plus en une « inflexion » humaniste et écologique de ce gouvernement. Je reconnais au nouveau Premier Ministre une vraie envie de dialogue, espérons que cela puisse aider à réconcilier notre pays.

La possibilité de travailler ensemble, avec des personnes ayant d’autres sensibilités reste une belle idée et une belle promesse.
Mais j’ai l’impression aujourd’hui de voir en Larem une nouvelle version modernisée de l’UDF.
Il n’y a rien de déshonorant d’ailleurs à soutenir un jeune VGE qui arrive à fédérer les droites républicaines. Mais je me questionne, est ce ça le progressisme?

Je ne soutenais pas cette réforme des retraites avec un âge pivot, j’aurais aimé que Laurent Berger soit plus écouté, sur ce sujet comme sur d’autres (comme le chômage).

Je n’étais pas en accord avec la loi Asile Immigration.

Je ne défendrai pas un gouvernement qui ne montre vraiment que peu d’entrain dans la lutte contre le racisme et les discriminations. Ce fut la raison de mon engagement politique et de mes premiers combats. Je m’attendais à un gouvernement plus à l’image de la France de 2020. Erreur.
Pour eux la diversité est un mot, un peu honteux, qui ne les concerne pas. Pour moi elle est une chance et une force pour la France.

Je ne peux approuver la nomination d’un ministre de l’intérieur qui est poursuivi pour viol. L’égalité femmes hommes est elle encore la grande cause de ce quinquennat ?

Sur l’écologie, je souhaite bonne chance à Barbara Pompilii, mais je crains que sa bonne volonté et sa vraie fibre verte ne suffisent pas. Je ne vois pas comment elle pourra gagner des arbitrages quand Bercy dès le 30 juin prenait déjà ses distances avec certaines mesures issues de la convention citoyenne. Ça n’augure rien de bon pour la suite.

Les Français de l’étranger ? Sujet mineur certes. Mais comment soutenir l’augmentation des impôts pour les non résidents d’un côté et la fin de services comme le notariat de l’autre et la baisse des budgets AEFE? Je souhaite bon courage au prochain Secrétaire d’Etat, il aura bcp à faire, après 3 ans où il n’y a pas eu grand chose.

Et puis la PMA, la culture, les APLs…

J’ai fait de belles rencontres en 3 ans. Je préfère garder ça en mémoire et souhaiter aux marcheurs une bonne continuation.

L’envie de partir, elle était lancinante depuis quelques mois. Je ne m’en suis jamais caché. Début 2019, on m’avait rattrapé par le col de la chemise. Aujourd’hui je n’ai plus de col.

Time to say good bye.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :