Nouvelle année et prochaines échéances électorales

Chères Françaises et chers Français de Singapour,

Je vous souhaite une très bonne année du bœuf ! Gong Xi Fa Cai ! Prospérité et santé à vous et vos proches ! 

Le début d’année est propice à la réflexion sur l’année qui s’est achevée et la projection sur celle qui débute. Cette année 2020 a été éprouvante, et particulièrement difficile pour nous Français de l’étranger, éloignés de nos familles et de nos proches sans savoir quand nous les reverrons.
La communauté française a souffert, mais comme toujours dans ces moments difficiles, elle s’est aussi soudée, et nous pourrons nous appuyer sur ces nouveaux liens en 2021.
Dans cette newsletter vous pourrez trouver des informations utiles en cette période incertaine, ainsi qu’un édito plus politique sur les échéances électorales de 2021. 

Le 30 mai prochain auront lieu les élections des Conseillers des français de l’étranger. Vous choisirez vos représentants à Singapour auprès du Consulat de France. 

On m’a souvent posé la question: à quoi sert un élu conseiller des français de l’étranger ? 

Tout d’abord ce qu’il n’est pas, ce qu’il ne fait pas: il ne vote pas la loi, il ne vote pas de budget, il n’est pas un diplomate, il ne peut interférer dans la vie politique locale en tant qu’élu, il ne définit pas la politique écologique sociale ou économique de son pays d’accueil…
En revanche il peut choisir d’aider, de conseiller ses compatriotes français, d’être actif en tant qu’élu de terrain. Ce fut mon choix.
Pendant 7 ans, je pense avoir pu aider de nombreuses personnes et en premier lieu, de très nombreux demandeurs de bourses scolaires. En apprenant à naviguer dans le labyrinthe de l’administration et à comprendre la complexité des lois, j’ai pu aider concrètement toutes les personnes en exprimant le besoin: dans leurs questions liées à la santé, à la retraite, aux mariages ou aux divorces, à la vie à l’étranger.
Enfin, par la force des choses, j’ai eu 7 ans d’apprentissage intensif de la fiscalité des français de l’étranger, ce qui s’est révélé bien utile vue son évolution constante et sa complexité.

J’avais pris la décision en juillet 2020 de quitter la liste Ensemble à Singapour pour des raisons politiques. Je ne me retrouvais plus dans le positionnement de La République en Marche. Je ne serai donc pas candidat en mai prochain et je souhaite bonne campagne aux futurs candidats. 

Je souhaite l’émergence pour 2022 d’une candidature sociale écologique moderne, rassembleuse et porteuse d’espérance, qui défendra la République, le social, un certain pragmatisme économique et promouvra une société plus juste, plus tolérante, plus libre et plus solidaire. 

En attendant je compte rester engagé dans la communauté française et toujours disponible pour vous aider.

Gong Xi Fa Cai !

Qui sont les Français de l’étranger ?

Un rapport publié en janvier 2021 par la Direction générale du Trésor et l’OCDE, intitulé « De la France vers le monde : que révèle l’augmentation de l’émigration française ? », met en lumière les tendances de l’évolution des Français à l’étranger.

Avant -propos:

“Dans cette note, les « émigrés français »  sont en général définis comme les individus nés en France et résidant dans un autre pays. Les données d’émigration fondées sur le lieu de naissance peuvent être considérées comme un minima dans la mesure où elles ne permettent pas d’identifier le départ des immigrés naturalisés français, ni celle des enfants nés à l’étranger de parents Français (donc nés Français) qui auraient émigré après un retour en France, par exemple pour y étudier ou avoir une première expérience professionnelle.” On n’utilisera pas dans cet article le mot « expat » ou « expatrié » qui reste un raccourci ne couvrant pas l’ensemble des Français vivant hors de France.

En 2019, les Nations Unies comptabilisent environ deux millions de personnes nées en France vivant à l’étranger. Cet effectif a augmenté de 52 % au cours des 20 dernières années et a presque doublé (+89 %) en 40 ans mais a baissé de 5% de 2018 à 2019.

  • Les taux d’émigration observés pour la France demeurent parmi les plus faibles de l’OCDE. L’émigration française se fait pour 85 % vers d’autres pays de l’OCDE, les États-Unis, l’Espagne, la Belgique et le Royaume-Uni concentrant en effet près de la moitié de ces Français de l’étranger
  • Les tranches d’âge actif sont surreprésentées
  • Une plus forte présence de jeunes immigrés dans certains pays, comme l’Irlande, qui comptait 21 % de français âgés de 15 à 24 ans en 2015-2016, ou le Royaume-Uni (19 %).
  • La mobilité des étudiants français a progressé sur la période récente
  • Les émigrés sont en moyenne plus éduqués que les natifs restés en France, et l’écart entre les niveaux d’éducation de ces deux populations s’est accentué au cours des quinze dernières années.

Évolution des effectifs de Français ou de personnes nées en France résidant à l’étranger

  • 109,000 Français ont émigré vers les autres pays membres de l’OCDE en 2018. Depuis 2014, le nombre de Français ayant émigré oscille entre 100, 000 et 120,000 départs par an
  • Tendance à la hausse de l’émigration au cours de la période 2006-2018, avec une augmentation du nombre de départs annuels de 160,000 à 270,000, tous pays de destination confondus.

Où vivent les émigrés nés en France résidant dans les autres pays de l’OCDE ?

  • En 2019, 85 % des émigrés nés en France étaient installés dans les pays de l’OCDE (1,73 million), dont plus de la moitié dans l’Union européenne et au Royaume Uni. En outre, parmi les émigrés nés en France, environ un sur six résidait en Amérique du nord, 8 % en Afrique, 5,5 % en Asie et 3,5 % en Amérique Latine et Caraïbes. 
  • Entre 2000-2001 et 2015-2016, la population des émigrés nés en France a augmenté très rapidement 
    • en Israël (+107 %), 
    • en Allemagne (+97 %), 
    • au Royaume Uni (+79 %)
    • au Canada (+75 %),

alors que la hausse a été plus modérée dans les trois principaux pays de destination :  États-Unis (+13 %), Belgique (+18 %) et Espagne (+11 %). 

L’Italie est, parmi les principaux pays de destination, le seul où le nombre d’émigrés nés en France a baissé au cours de cette période (–12 %). 

Parmi les émigrés nés en France résidant dans les autres pays de l’OCDE en 2015-2016, 

  • 22 % vivaient dans leur pays de destination depuis 5 ans ou moins, 
  • 11 % depuis 5 à 10 ans et deux-tiers depuis plus de 10 ans. 
  • Cette distribution diffère selon les pays : par exemple, la plupart des émigrés nés en France résidant en Italie, en Espagne et au Portugal ont une durée de séjour de plus de 10 ans,

Qui sont les émigrés nés en France résidant dans les pays de l’OCDE ?

LES FEMMES: En 2015-2016, selon la Base de données sur les immigrés dans les pays de l’OCDE (DIOC), les femmes étaient légèrement plus nombreuses que les hommes au sein la population émigrée née en France : on comptait 53 % de femmes parmi les émigrés âgés de 15 ans et plus

LES 25-64 ANS: Trois-quarts des émigrés adultes nés en France résidant dans les pays de l’OCDE étaient âgés de 25 à 64 ans.

Près de 6 % des personnes nées en France et diplômées du supérieur résidaient en 2015-2016 dans un autre pays de l’OCDE, contre 2 % pour les personnes les moins éduquées. 

Les étudiants français à l’étranger 

  • 2017: 90,000 étudiants nés en France ont émigré pour effectuer tout ou partie de leur cursus d’enseignement supérieur, alors que près de 900,000 émigrés nés en France travaillent dans d’autres pays de l’OCDE 
  • Le nombre d’étudiants français en mobilité internationale a progressé au cours des dernières années, puisqu’il n’était que de 75,000 en 2013.
  • En 2017, les dix principaux pays de destination des étudiantes et étudiants français étaient le Canada (15,900 étudiants), le Royaume-Uni (13,100), la Belgique (10,600), et la Suisse (10,200), suivis par l’Allemagne, l’Espagne, les États-Unis, les Pays-Bas, l’Italie et l’Australie. 

Les naturalisations des Français à l’étranger 

Quelles raisons ?

  • l‘accroissement global de la population vivant hors de France
  • des événements extérieurs. Ex Brexit
  • Cas de la Suisse et du Luxembourg: Les évolutions observées en Suisse et au Luxembourg, avec respectivement une multiplication par 2,5 et 8 en neuf ans, sont aussi particulièrement remarquables. Les demandes de naturalisation enregistrées par le Luxembourg seraient plus généralement en hausse, particulièrement depuis l’introduction de la double nationalité en 2008. 
  • Au cours de la même période on observe par ailleurs un doublement des naturalisations au Canada (3,800 en 2018) et en Allemagne (900).

Conclusion 

L’augmentation de l’émigration depuis la France au cours des dernières années est significative. Dans un contexte d’internationalisation et d’interdépendance croissante des économies, cet accroissement n’est pas surprenant et il concerne la plupart des pays du monde. La France reste pour l’instant un des pays de l’OCDE où le taux d’émigration est parmi les plus faibles mais un certain rattrapage est en cours. Les évolutions récentes posent la question d’un éventuel changement plus profond dans les prochaines années. (contexte de la pandémie de Covid-19 et récession mondiale, conditions sanitaires et restrictions de voyage)

À moyen terme, nombre d’émigrés français verront leur situation économique se détériorer et devront peut-être réviser leurs choix de pays de résidence. Pour preuve les chiffres récents publiés par le Ministère des Affaires étrangères qui constate, pour la première fois, entre 2018 et 2019, une baisse de 5% du nombre de Français inscrits au registre mondial.

Sources: De la France vers le monde : que révèle l’augmentation de l’émigration française ? Marie-Apolline BARBARA, Jean-Christophe DUMONT (OCDE), Gilles SPIELVOGEL (OCDE)

Trésor-Éco n° 275 (Janvier 2021),  » De la France vers le monde : que révèle l’augmentation de l’émigration française ?  » (economie.gouv.fr)

Merci à Anne Boulo pour son texte

Coronavirus – Mise à jour des activités et autres événements

⚠️ #Covid_19 – Mise à jour Activités ⚠️

Suite à l’évolution de la crise sanitaire qui se propage dans le monde entier, nous avons décidé de reporter tous nos évènements publics à des dates ultérieures.
C’est une question de responsabilité individuelle et collective.

Nous souhaitons par la même occasion saluer l’excellente gestion de la crise par les autorités singapouriennes. Nous pouvons et devons faire confiance dans le système mis en place ici.
Nous vous invitons à suivre les consignes d’hygiène que nous connaissons tous, et de respecter les consignes sanitaires du gouvernement au maximum.

Nous sommes solidaires de nos compatriotes en France, même virtuellement.

Restons soudés, solidaires et ensemble – plus que jamais!

La liste « Ensemble à Singapour »

Coronavirus – Singapour en orange pour les autorités françaises

Quelles conséquences ?

Différentes informations ont été communiquées par le gouvernement Français ces derniers jours, semaines. Voila le dernier point qui date de ce dimanche. https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

👉🏻 les enfants revenant de #Singapour peuvent retourner à l’école (en l’absence de symptômes)
👉🏻 plus de recommandations de porter le masque (en l’absence de symptômes)

Pour les personnes revenant de Chine (Chine continentale, Hong Kong, Macao), de Singapour, de Corée du Sud, d’Iran, ou des régions de d’Emilie-Romagne, Lombardie et de Vénétie en Italie.

Pendant les 14 jours suivant le retour :

  • Surveillez votre température 2 fois par jour ;
  • Surveillez l’apparition de symptômes d’infection respiratoire (toux, difficultés à respirer…) ;
  • Lavez-vous les mains régulièrement ou utilisez une solution hydro-alcoolique ;
  • Evitez tout contact avec les personnes fragiles (femmes enceintes, malades chroniques, personnes âgées…) ;
  • Evitez de fréquenter des lieux où se trouvent des personnes fragiles (hôpitaux, maternités, structures d’hébergement pour personnes âgées…) ;
  • Évitez toute sortie non indispensable (grands rassemblements, restaurants, cinéma…) ;
  • Travailleurs/étudiants : vous pouvez retourner travailler en l’absence de symptômes ;
  • Les enfants, collégiens, lycéens peuvent être envoyés à la crèche, à l’école, au collège ou au lycée.

https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

Dernière semaine pour déposer une demande de bourse scolaire

🚨🚨 Dernière semaine pour déposer une demande de bourses scolaires pour vos enfants.
Explications ici: https://sg.ambafrance.org/Aides-a-la-scolarite-bourses-scol…

N’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions, si vous avez besoin d’aide pour les dossiers !

Coronavirus – point de situation – Singapour

Suivre les points d’information plusieurs fois par semaine sur la page facebook

Face au #Covid19, adoptez les pratiques qui feront la différence. N’oubliez pas de nettoyer les objets de votre quotidien tels que vos téléphones portables et autres #smartphones 📱. Ces appareils peuvent eux aussi être vecteur de propagation en étant dans nos mains et proche de notre visage.

Fiche d’information du gouvernement singapourien librement traduite par des Français de Singapour

Inscrivez-vous sur le whatsapp du gouvernement singapourien pour recevoir les informations plusieurs fois par jour sur l’épidémie: go.gov.sg/whatsapp

Vers un nouveau nom pour les Conseillers Consulaires?

Article publié sur le site de la député Paula Forteza que je me permets de relayer sur ce blog. Je trouve que l’amendement déposé va dans le bon sens:

« Suite à un travail de fond cordonné entre députés de la majorité, conseillers consulaires et membres du gouvernement, nous avions déposé plusieurs amendements au projet de loi Engagement et Proximité, qui ont été votés jeudi 21 novembre 2019 en séance publique, et qui garantiront à nos concitoyens à l’étranger une représentation plus efficace et plus lisible. Ce travail s’intègre dans notre volonté de valoriser le travail effectué par les conseillers consulaires[1], d’améliorer la lisibilité et de rapprocher le mode de représentation à celui existant en France. Ces changements, permettront de donner une nouvelle dynamique à la représentation non parlementaire des français établis à l’étranger et in fine, de renforcer leur lien avec la France.

Lors du Grand débat national, vous aviez exprimé de fortes attentes quant à la manière dont les Français de l’étranger sont représentés, notamment quant au rôle des élus locaux, les conseillers consulaires. Avec mes collègues député.e.s LREM – Anne GENETET, Roland LESCURE, Samantha CAZEBONNE, Pieyre-Alexandre ANGLADE, Alexandre HOLROYD, Amélia LAKRAFI, nous avons travaillé intensément ces derniers mois pour y répondre dans le cadre du projet de Loi Engagement et Proximité. Ces changements découlent de la réalité du terrain, grâce aux échanges avec nos conseillers consulaires en ligne et lors de nos déplacements.

Pour une représentation plus juste, plus lisible, plus proche et pour valoriser et accompagner ceux qui s’engagent pour les Français de l’étranger en améliorant les conditions d’exercice des mandats, nous avons proposé et fait adopter, jeudi 21 novembre 2019, les amendements suivants :

  • Nouvelle dénomination des Conseillers consulaires par « Conseillers des Français de l’étranger » et application de la charte de l’élu local :
    Actuellement la dénomination utilisée pour se référer aux élus représentant les Français de l’étranger porte à confusion. En effet, le terme de « conseillers consulaires » est assimilé à celui de consul et est souvent interprété comme désignant les agents publics du consulat. Cette situation amène à une sollicitation équivoque et inefficace tant des élus, que de l’administration consulaire. L’expression « conseiller des Français de l’étranger » rendra ces élus davantage identifiables par les citoyens. De plus, cela permettra de mieux refléter la réalité du travail de terrain réalisé à l’étranger.

Cet amendement vient également préciser que la Charte de l’élu local prévue à l’article L. 1111‑1-1 du code général des collectivités territoriales s’applique également aux conseillers des Français de l’étranger.

  • Attribution de la présidence du Conseil consulaire au Conseiller des Français de l’étranger :
    Le conseil consulaire est compétent pour établir des avis sur des thématiques variées relatives à la vie des Français établis à l’étranger : culturelles, éducatives, économiques et sociales. Si les conseilleurs consulaires y siègent, ils ne président jamais cette instance qui pourtant intéresse tout particulièrement l’animation de la vie locale à l’étranger.
    Cette modification répond à un souci de parallélisme avec les instances prévues au niveau national, notamment au fonctionnement des conseils municipaux.
    L’attribution de la présidence du conseil consulaire à ces élus de proximité se justifie aussi par leur connaissance de la vie locale et des situations particulières de leurs concitoyens. Ainsi, leur regard et éclairage permettra de donner aux conseils consulaires un rôle plus ancré dans les problématiques de terrain.
  • Attribution des fonctions de rapporteur général à l’Ambassadeur ou au chef de poste consulaire :
    Il convient de prévoir un soutien et un accompagnement de la part des postes consulaires et diplomatiques dans l’exercice de ces fonctions afin que le conseil consulaire puisse remplir pleinement son rôle décisionnaire. De cette manière, l’élu local serait en charge de l’animation des débats, de leur bon déroulement tout en étant en collaboration étroite avec le personnel diplomatique et consulaire qui apportera l’éclairage nécessaire en matière de faisabilité des propositions évoquées et assurerait le lien avec l’administration centrale. Il s’agit d’établir un vrai binôme « président.e/rapporteur.e », dont le fonctionnement serait fixé par décret. Ce découpage permet une meilleure répartition des rôles en fonction des attributions de chacun : politique et administratif.
  • Motivations des décisions de refus d’un droit en annexe du procès verbal :
    En leur confiant la présidence des Conseils consulaires et en demandant au chef de poste qu’il motive ses décisions lorsqu’il ne suit par leur avis et que l’attribution d’un droit est en jeu, cet amendement leur permet ainsi de jouer un rôle de premier plan dans les domaines qui sont au cœur des préoccupations de nos compatriotes : protection sociale et action sociale, emploi, formation professionnelle et à apprentissage, enseignement français à l’étranger, sécurité.
  • Accès à la formation à distance ou en présentiel pour les Conseillers des Français de l’étranger  :
    Les Conseillers des Français de l’étranger ne suivent pas aujourd’hui de formation au cours de leur mandat en lien avec l’exercice effectif de celui-ci. Or, ils sont confrontés à une multitude de problématiques sociales, économiques, et environnementales et doivent donc détenir un certain nombre de connaissances afin de maîtriser leurs fonctions et évaluer les décisions prises par la puissance publique et pouvant impacter, le cas échéant, la vie des Français de l’étranger.

Les conseillers des Français de l’étranger ont accès à un dispositif de formation en lien avec l’exercice du mandat mis en œuvre par l’administration consulaire du ministère des affaires étrangères. Les formations peuvent être organisées à distance, ou en présentiel lors des sessions annuelles de l’Assemblée des Français de l’étranger.

Suite aux remontées du terrain et nos interactions avec plusieurs élus, nous savons que d’autres points sont attendus pour revaloriser le rôle des conseillers des Français de l’étranger : le droit de porter l’écharpe tricolore de l’élu, la mise à disposition de salles dans les bâtiments des postes consulaires et/ou diplomatiques et les moyens pour assurer leur mission. Ces points ne relèvent pas du domaine de la loi et devront donc être précisés par voie réglementaire par le gouvernement. »

Cérémonie du 11 Novembre 2019

En tant que Conseiller Consulaire vous représentant Français de Singapour, j’ai eu l’honneur de participer à 3 moments émouvants à l’Ambassade de France à Singapour ce mois-ci:

  • à la cérémonie d’accueil dans la nationalité de nouveaux Françaises et Français (une vingtaine), l’occasion d’échanger sur la France et les valeurs de la République
  • à celle de remise de la médaille des affaires étrangères à Eric Peuch pour ses actions remarquables durant les catastrophes naturelles en Indonésie l’année dernière,
  • puis pour finir à celle commémorant les hommes et femmes tombés pour la France, comme chaque 11 novembre.

Compte Rendu – Grand Débat

10 300 réunions, 450 000 participants, plus de 1,5 millions de contributions, le grand débat est déjà un succès ! Exercice de démocratie participative unique en France, il fut aussi l’occasion pour les Français de l’Etranger de s’exprimer, de dialoguer, de se rencontrer, de créer une agora citoyenne ouverte à toutes et tous.
A Singapour, trois débats furent organisés, dont le plus important par les Conseillers Consulaires (dont je suis). Il réunit presque 90 personnes, pendant plus de 3h. Ce fut un très bon moment d’échanges dans le respect des opinions de chacun et dans la bonne humeur.
Le format était celui d’un échange entre tous les participants, tout le monde étant sur un pied d’égalité. Les élus assurant le passage des micros, une journaliste du petit journal modérant la discussion. Notre député, Madame Anne Genetet nous fit le plaisir de participer et de revenir en conclusion sur ce qu’elle avait retenu de tous ces échanges.
Le Compte Rendu fut écrit par 4, 5 participants et remonté tel quel sur la plateforme du Grand Débat, sans changement. Il fut aussi communiqué aux participants par email. (télécharger le compte rendu)

Un article du petit journal est revenu sur l’événement https://lepetitjournal.com/…/grand-debat-national-les-franc…
Je retiens le très grand consensus sur les questions écologiques et l’urgence que la situation nous impose. Il n’y a pas de planète B.

Prochaine étape, la remontée et la prise en compte par le gouvernement de toutes ces propositions. Nous verrons dans les prochaines étapes ce qu’il en ressort de concret, mais je pense que nous serons positivement surpris. Comme l’avait dit le Ministre Mahjoubi, « si nous n’en tenons pas compte, nous sommes morts »

Grand Débat National – Singapour

Rendez-vous le samedi 16 février à 10h30 à l’Ambassade de France pour un moment de dialogue et d’échanges organisé par vos élus Conseillers Consulaires de Singapour: Mathilde Brst, Laurence Huret, Christophe Chicandard et moi-même Mathias Assante Di Panzillo.

Merci de vous inscrire par e-mail sur granddebat.singapour@gmail.com 
🚨 L’inscription est obligatoire pour pouvoir rentrer dans l’Ambassade. Merci de venir avec une carte d’identité.🚨

Le débat sera modéré par une journaliste du Petit Journal, Madame Laetitia Person.

Cet événement n’est pas un meeting politique ou une tribune partisane, une fois la réunion commencée, j’y assisterai en tant que simple citoyen.

%d blogueurs aiment cette page :