Le conseiller consulaire est un élu de la République au même titre que les conseillers municipaux et les parlementaires, élu de proximité représentant les Français à l’étranger, il a un mandat de 6 ans et un rôle consultatif.

Son champ d’action est bien plus limité qu’un conseiller municipal et encore bien plus qu’un sénateur ou un député.
Il ne fait pas la loi, ne contrôle pas l’action du gouvernement, ne fait évidemment pas d’ingérence avec la politique locale du pays de résidence. Il ne vote pas de budget. En revanche il siège dans différentes commissions au Consulat ou à l’Ambassade et représente les Français de son pays de résidence auprès des pouvoirs publics.
Il est aussi invité aux conseils d’Établissements des écoles françaises, au conseil de sécurité à l’Ambassade et est régulièrement consulté sur les sujets liés à l’enseignement, la protection sociale, les problématiques liées à la vie à l’étranger, la fiscalité, les démarches administratives etc. 

A Singapour, je tiens des permanences consulaires tous les deux mois (sauf période électorale) dans lesquelles les Français peuvent s’inscrire pour venir discuter de sujets variés.  Je participe aussi à l’ensemble des commissions et conseils consulaires sauf contrainte pro.

Depuis 2014, année de mon élection, je co-organise le 14 juillet pour tous, événement républicain, familial et populaire pour célébrer la fête nationale française. J’y reverse une partie de mes indemnités.

Etre conseiller consulaire n’est ni mon métier ni mon travail. C’est un engagement de terrain au service des autres. Dans ma vie professionnelle, je travaille dans le digital marketing dans un groupe pharmaceutique.

role-conseiller-consulaire