Conseil Consulaire – Bourses scolaires Nov 2019

Au moment où certains aiment à rappeler dans leur communication que l’Etat se désengagerait de l’Enseignement Français à l’Etranger, « abandonnerait » les Français, je tiens à préciser qu’il n’en est rien. Des mesures fortes ont été annoncées en septembre dernier avec l’augmentation de budget de 25 millions d’euros de l’AEFE (agence qui s’occupe de l’enseignement Français à l’étranger), le détachement de nouveaux professeurs venus de France, la fin de la CSG-CRDS sur les revenus immobiliers pour ceux domiciliés en Europe, ou encore récemment les évolutions pour les Conseillers Consulaires.

L’Etat Français s’engage aussi socialement pour aider les familles dans le besoin, partout dans le monde, avec les bourses scolaires pouvant couvrir jusqu’à 100% des frais de scolarité, ou les aides sociales pour les enfants et adultes handicapés. La France est une des seules nations à apporter de telles aides à ses citoyens vivant en dehors de ses frontières.

A un niveau local, mercredi 6 novembre dernier, j’ai participé avec mes collègues Conseillers Consulaires au Conseil Consulaire des bourses scolaires qui étudie et valide les demandes de bourses de dizaines de familles à Singapour.

Comme nous sommes tenus à la confidentialité des débats, je ne pourrai rentrer dans les détails. Pour autant voici quelques points importants:

  • L’indice de Pouvoir d’Achat (IPA) reste un des plus élèves au monde: 121
  • Les frais de scolarité au LFS ont augmenté de 0.5 à 2%
  • Les frais de scolarité de La Petite Ecole ont diminué de 1.8%
  • Montant total des bourses allouées: 462,000 euros
  • Environ 40 familles aidées en 2019

En tant que Conseiller Consulaire, j’ai pu consulter les dossiers et rencontrer les parents avant la tenue du Conseil Consulaire. Lors de la consultation des dossiers, j’ai identifié une erreur de calcul qui aura permis d’aider deux familles. C’est pour ces moments la, quand on peut concrètement aider les autres, que l’on est Conseiller Consulaire.

Pour une école de qualité

Parce qu’au fond ce sont les parents d’élèves qui vont encore devoir mettre la main à la poche, les frais de scolarité vont sans doute augmenter,
Parce que la seule logique comptable ne peut servir de politique,
Parce qu’il faut donc repenser le modèle de l’AEFE (l’agence qui gère une partie des écoles françaises à l’étranger) pour qu’elle puisse poursuivre son développement en répondant mieux à une demande croissante et aux attentes de qualité.

Avec Anne Boulo, Marc Villard et Richard Yung, nous avons co-rédigé cette lettre puis l’avons enrichie des remarques reçues de différents conseillers consulaires.
http://bit.ly/lettreauministre

Dans ses allocutions aux Français de l’Etranger le Chef de l’Etat a, à plusieurs reprises, affirmé qu’il avait compris nos préoccupations sur le maintien d’un réseau d’enseignement français à l’étranger de qualité et accessible à tous.
La série de mesures annoncée par le Secrétaire Général de l’AEFE en amont du prochain conseil d’administration de l’Agence pour l’Enseignement Français à l’Etranger (AEFE), dont les conséquences nous inquiètent, nous parait aller à l’encontre des déclarations du Président de la Republique.
Vous trouverez en pièce jointe la lettre adressée au Ministre du MEAE Monsieur Jean-Yves Le Drian, au Secrétaire d’Etat en charge des Français de l’Etranger Monsieur Jean-Baptiste Lemoyne, au Président du CA de l’AEFE et au Directeur de l’AEFE, détaillant ces mesures et les alertant sur leurs conséquences.
Cette lettre est signée par un groupe d’élus représentant les Français établis hors de France: des parlementaires ainsi que de nombreux élus conseillers et délégués consulaires dont les premiers noms sont visibles dans le document pdf.
Merci à toutes celles et ceux qui se mobilisent sur ce sujet, peu importe leur couleur politique.

Lien pour télécharger le texte (en plus des photos de cet article)

http://bit.ly/lettreauministre

Élèves à besoins particuliers: quoi de neuf ?

L’Agence pour l’Enseignement Français à l’étranger (AEFE), en partenariat avec la Mission Laïque Française (MLF), vient de faire paraître un document répondant aux questions des parents ayant un élève à besoins éducatifs particuliers.

L’objectif est de développer des parcours d’inclusion des élèves à besoins éducatifs particuliers et de les accompagner, ainsi que leur famille, tout en sachant que les établissements français à l’étranger ne disposent pas de structures spécialisées.>

%d blogueurs aiment cette page :